Faire du sport après un AVC ?

Même si vous avez un AVC, il est important de garder autant de temps libre que possible, de sorties et de toutes les activités qui vous aident à vous débarrasser de l’AVC et à maintenir des liens sociaux. Les personnes positives ont un meilleur moral et une meilleure estime de soi.

L’exercice physique régulier fait partie des mesures diététiques sanitaires qui doivent être mises en œuvre après un AVC. Elle permet de lutter contre les risques de surpoids, d’hypertension artérielle, d’hypoglycémie et de thrombose, elle affecte donc directement la récurrence de l’AVC.

D’abord, quels sont les signes et les conduites à tenir d’AVC ?

Quelle que soit la cause ou la nature, tout AVC est une urgence médicale absolue. Les symptômes varient en fonction de la zone cérébrale touchée et du degré de dommage. Elles peuvent également être de courte durée sans réduire le risque de séquelles, favorisant ainsi la poursuite des gestes de premiers secours.

De plus, les choses qui doivent être signalées immédiatement et réagi rapidement sont : paralysie faciale, faiblesse ou engourdissement musculaire, et même paralysie temporaire d’une partie du visage, des bras, des jambes ou d’un côté du corps, perte de sensibilité d’un côté du corps, difficulté à parler, difficulté à voir, perte soudaine d’équilibre, maux de tête anormaux ou très sévères.

Le principe de base est que chaque minute, des centaines de milliers de neurones sont perdues, ce qui augmente également le risque de séquelles graves voire de décès. Il s’agit donc d’intervenir dans les plus brefs délais.

Quel type de sport peut-on donc pratiquer après un AVC ?

Il est recommandé de faire de l’exercice régulièrement : 2 à 3 fois par semaine, 30 minutes à chaque fois, intensité modérée. Un exercice physique approprié est recommandé.

Avant de faire du sport après un AVC, un avis médical est indispensable, surtout si un exercice intense est nécessaire (surtout après une hémorragie cérébrale). En ce qui concerne le handicap, il est toujours conseillé de marcher le plus possible.

Les types d’activités recommandés sont notamment le vélo, la marche, la natation, le jogging, le ski de fond, … Mais si vous prenez des anticoagulants, vous êtes privés de certains sports, car à haut risque de traumatisme, vous risquerez d’avoir une hémorragie. Si vous avez également de l’épilepsie, certains sports sont interdits (conduite…) et ne peuvent être autorisés que par un médecin spécialisé, plus d’informations.

Comment les personnes handicapées font-elles du sport ?

Quand vous rêvez encore de faire du sport, un AVC rend-il vos séquelles graves ? Ne vous inquiétez pas ! Si vous le souhaitez, vous pouvez toujours pratiquer des activités sportives. En effet, presque partout en France, il existe des établissements qui permettent aux personnes handicapées d’exercer des activités adaptées à leur santé et à leur handicap. Par exemple, vous pouvez trouver des plans d’eau avec suffisamment de piscines. A noter que si vous vous entraînez dans l’eau, c’est aussi efficace que l’entraînement sur sol sec.

Bon à savoir

L’OMS fournit des exemples d’activité physique modérée, comme la marche rapide, la danse, le jardinage, les travaux ménagers et domestiques, la chasse et la cueillette, la participation active à des jeux et des sports avec les enfants (sortir leurs animaux de compagnie), ou faire bien du bricolage, …